FLAUBERT GUSTAVE (1821-1880)

Lot 560
15 000 - 18 000 €

FLAUBERT GUSTAVE (1821-1880)

Lettre autographe signée «Ton...» adressée à sa maîtresse Louise COLET [Croisset] Vendredi soir 1h. [«15 juillet 1853» (de la main de Louise Colet)], 4 pages in-4 à l'encre, enveloppe avec cachet de cire rouge à son chiffre. (Quelques tâches aux angles).
Superbe et longue lettre à sa maîtresse sur le génie et sur Madame
Bovary.
«Tandis que je te reprochais ta lettre, bonne chère Muse, tu te la reprochais à toi-même. Tu ne saurais croire combien cela m'a attendri. Non à cause du fait en lui-même. J'étais sûr que considérant la chose, à froid, tu ne tarderas pas à la regarder du même oeil que moi - mais à cause de la simultanéité d'impression.
Nous pensons à l'unisson [...] Si nos corps sont loin nos âmes se touchent. La mienne est souvent avec la tienne va, il n'y a que dans les vieilles affections que cette pénétration arrive. On entre ainsi l'un dans l'autre à force de se presser l'un contre l'autre. As-tu observé que le physique même s'en ressent, les vieux époux finissent par se ressembler? [...] On nous prend souvent BOUILHET et moi pour frères.
Je suis sûr qu'il y a dix ans cela eût été impossible. L'esprit est comme une argile intérieure, il repousse du dedans la forme & la façonne selon lui. Si tu t'es levée qqfois pendant que tu écrivais, - dans les bons moments de verve, quand l'idée t'emplissait - & que tu te sois alors regardée dans la glace, n'as-tu pas été, tout à coup, ébahie de ta Beauté? Il y avait comme une auréole autour de ta tête, & tes yeux agrandis lançaient des flammes. C'était l'âme qui sortait. (L'électricité est ce qui se rapproche le plus de la pensée? Elle demeure comme elle, jusqu'à présent, une force assez fantastique? Ces étincelles qui se dégagent de la chevelure, lors des grands froids, dans la nuit, ont peut-être un rapport plus étroit que celui d'un pur symbole, avec la vieille fable des nimbes, des auréoles, des transfigurations?) [...]
Quel artiste donc on serait si l'on n'avait jamais lu que du beau, vu que du beau, aimé que le beau. Si qqu?ange gardien de la pureté de notre plume avait écarté de nous, dès l?abord toutes les mauvaises connaissances, qu?on n?eût jamais fréquenté d?imbéciles ni lu de journaux. Les Grecs avaient tout cela. Ils étaient comme plastique dans des conditions que rien ne redonnera. Mais vouloir se chausser de leurs bottes est démence. Ce ne sont pas des chlamydes qu?il faut au Nord, mais des pelisses de fourrures. La forme antique est insuffisante à nos besoins (et notre voix n?est pas faite pour chanter ces airs simples. Soyons aussi artistes qu?eux si nous le pouvons, mais autrement qu?eux.) La conscience du genre humain s?est élargie depuis Homère. Le ventre de Sancho Pança fait craquer la ceinture de Vénus. - Au lieu de nous acharner à reproduire de vieux chics il faut s?évertuer à en inventer de nouveaux.?Leconte de Lisle? n?a pas l?instinct de la vie moderne. Le coeur lui manque, je veux pas dire par là la sensibilité individuelle ou même humanitaire - non mais le coeur au sens presque médical du mot. Son encre est pâle. C?est une muse qui n?a pas assez pris l?air. - Les chevaux & les styles de race ont du sang plein les veines, et on le voit battre sous la peau et les mots depuis l?oreille jusqu?aux sabots. - La vie! la vie! bander, tout est là! C?est pour cela que j?aime tant le lyrisme. Il me semble la forme la plus naturelle de la Poésie. Elle est là toute nue et en liberté. Toute la force d?une oeuvre gît dans ce mystère; et c?est cette qualité primordiale, ce motus animi continuus (vibration, mouvement continuel de l?esprit, définition de l?éloquence, par Cicéron) qui donne la concision, le relief, les tournures, les élans, le rythme, la diversité.
Il ne faut pas grande malice pour faire de la Critique! On peut juger de la bonté d?un livre à la vigueur des coups de poing qu?il vous a donnés et à la longueur du temps qu?on est ensuite à en revenir.
Aussi comme les grands maîtres sont excessifs! Ils vont jusqu?à la dernière limite de l?idée. Il s?agit dans Pourceaugnac de faire prendre un lavement à un homme.»
Lettre exceptionnelle.

PROVENANCE
Piasa, 11/06/2007 r??????? ennemis et l'importance d'une oeuvre au mal qu'on en dit».
Document exceptionnel.
FLAUBERT, Correspondance, II, La Pléiade, p.353sv.

PROVENANCE
Christie's France, 20/11/2007rovenance
Chó??????
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue