MÉRIMÉE PROSPER (1803-1870)

Lot 647
1 000 - 1 200 EUR

MÉRIMÉE PROSPER (1803-1870)

Lettre autographe signée à Ernest de BREDA Paris, 30 août 1836, à Ernest de Breda à Compiègne.
2 pages in-4 à l'encre, adresse et cachet au verso du second feuillet.
Sur le vandalisme et les églises. «Je crains bien que l'église de St
Antoine ne soit définitivement badigeonnée mais peut-être avez-vous adressé vos remontrances au sous-préfet qui aura fait suspendre l'opération. À tout hasard je vais écrire au ministère de l'Intérieur; ce ne sera pas la première fois que des mesures conservatrices auront été prises trop tard. Le badigeonnage a été expressément défendu par des circulaires du Mere de l'Intérieur & du Mere des Cultes. Les évêques ont fait des mandements pour le proscrire - dernièrement encore les instructions publiées par le Mer de l'Instruction publique non seulement le déclarent nuisible, mais encore donnent des procédés pour l'enlever. Eh bien rien ne peut arrêter le pinceau des vandales. Jusqu'à ce qu'on ait institué des amendes contre les curés & les fabriciens, on ne pourra en venir à bout [...]»
Mérimée regrette qu'il soit impossible de préserver les restes de l'abbaye d'Ourscamp, mais en le prévenant en temps utile, il serait facile d'empêcher la vente de vitraux d'églises: «Ces ventes sont formellement défendues, et les curés s'exposent en s'y livrant à des poursuites judiciaires; seul le Ministre des Finances peut vendre les propriétés publiques [...]»
PROVENANCE
Piasa, 19/10/2004
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue