Lot 693
2 500 - 3 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat: 4 550 EUR

SAND GEORGE (1804-1876)

Lettre autographe adressée à la cantatrice et compositrice
Pauline VIARDOT S.l., marque postale du 1er octobre 1843, 3 pages et demie in-8 sur un double feuillet. Encre noire sur papier au chiffre à froid «G.S.». Adresse autographe au verso du second feuillet «Madame Pauline Viardot rue
Favart 12 Paris», marque postale.
Une escapade à Crozant avec Chopin.
«Pauline chérie, nous venons de faire un petit voyage dans la Creuse pour revoir les ruines de Crozant, un site sauvage et horrible, où nous voulions vous conduire et où nous [vous] conduirons l'année prochaine, maintenant que nous connaissons des routes possibles et des gites où, de mémoire d'homme, aucune voiture ne s'était hasardée, surtout la nuit, ce dont nous sommes pourtant sortis miraculeusement sans accident, et même sans émotion. Nous étions neuf et nous étions braves. Nous avons couché sur la paille, voire Chopin qui a affronté tout cela sans être malade ni fatigué. Monsieur, qui n'était pas très bien pourtant, s'est brisé de fatigue [...] J'avais reçu votre lettre avant de partir. Je suis heureuse de voir que tout s'est arrangé à votre satisfaction et que vous allez moissonner les roubles et les lauriers. Il dit que plus il fait froid, plus il fait beau en Russie.
Courage, écrivez-moi, et revenez-nous triomphante et vivante de toute votre vie [...]. La maison est restée si grande et si triste sans vous, et sans notre chère Louisette, que nous ne pouvons plus y tenir. J'espère qu'elle ne souffrira pas de votre absence et que vous la retrouverez encore plus charmante qu'elle ne l'est maintenant si c'est possible.
N'oubliez pas que c'est à Nohant qu'il faut la retrouver. Ne vous occupez pas de cette misère que vous prétendez me devoir. J'ai été fâchée que vous eussiez remis les 100 fr. intégralement à monsieur. D'après mes calculs, ils ne devraient pas un cheval de surplus pour Bouli [Maurice]. Ledit Bouli m'est revenu d'Orléans sain et sauf quoiqu'un peu las. Il essaie de se remettre au travail, mais ce n'est pas sans peine après tant de joies, de nous et des festins [...] Chopin ne vous embrasse pas, mais il ne vous en aime pas moins [...]»
Lettre publiée dans Lettres inédites de George
Sand et de Pauline Viardot 1839-1849.
Notes et introduction de Thérèse Marix-Spire (Paris, Nouvelles éditions latines, 1959), p. 189 et suivantes.

PROVENANCE
Christie's France, 29/10/2012
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue