SARTRE JEAN-PAUL (1905-1980)

Lot 704
2 000 - 2 500 EUR
Résultats avec frais
Résultat: 2 860 EUR

SARTRE JEAN-PAUL (1905-1980)

Manuscrit autographe signée sur la guerre d'Algérie
Vers 1960, 9 pages in-4 sur feuillets quadrillés séparés, avec ratures et corrections
La crise algérienne donne l'occasion à Sartre de reprendre le cours de l'histoire de la chute de la IVème République à l'arrivée du président de Gaulle. Un mouvement insurrectionnel menaçant le processus d'indépendance de l'Algérie, Sartre demande aux gaullistes et socialistes de dépasser leur clivage pour manifester, dans un mouvement fraternel, contre le fascisme. «Celui qui disait non; celui qui disait oui: Ortiz offre une chance de les mettre d'accord. Chance provisoire: qui croirait, aujourd'hui, aux fraternités éternelles? Mais c'est la chance de la France [...] Il faut pourtant le rompre, ce silence: c'est lui qui nous perdra.».
Sartre remémore la crise du 13 mai 1958 qui amena De Gaulle au pouvoir: «Rappelez-vous: il a perdu, déjà la défunte quatrième?
C'était au mois de mai. Il suffisait d'un mot et personne n'a rien dit; il suffisait d'un geste et personne n'a rien fait. Nous sommes tous coupables, les non comme les oui, ceux qui ont raté leurs grèves [...].
Les pieds-noirs attendent beaucoup de la France dans cette crise d'indépendance: «Ce 14 mai les Européens d'Alger n'en menaient pas large. Ils nous lorgnaient: que feront-ils? Et puis, devant ce mutisme qui plonge l'Europe dans la stupeur [...] [ils] se mirent en devoir de nous choisir un régime. Nous l'avons depuis deux ans... [de Gaulle devient le 1er président de la Ve République le 21 décembre 1958]».
«Vous les oui, vous avez donné vos votes à un général prestigieux parce que vous respectiez en lui l'armée qui ne le respectait guère et qui ne vous respectait pas. [Sartre fait allusion au putsch d'Alger en 1958 par un groupe de généraux nationalistes]». Il dénonce la méthode par laquelle de Gaulle a pris le pouvoir: «Je tiens avec les autres non qu'un plébiscite est un acte de dictature parce qu'il donne à choisir entre la guerre civile et le fait accompli. Mais vous, vous êtes sûrs d'avoir voté librement. En votre âme et conscience?
Et nous, la gauche, par impuissance, bien sûr, mais aussi par respect pour vos suffrages, qui donnaient à la Vème [république] une légitimité boiteuse, nous n'avons combattu le régime que dans le cadre de la loi.». La crise algérienne est là, grandissante, il enfonce le clou désignant comme responsable les français qui ont avoué de Gaulle: «Quoi qu'il en soit c'est votre régime, De Gaulle est votre homme, il fait votre politique: car vous avez tous approuvé, c'est sûr, ses tentatives incertaines mais sincères pour régler le problème algérien.».
Sartre demande à ceux qui ont voté pour de Gaulle de réagir face au mouvement fasciste à Alger: «Qu'allez-vous faire pour qu'ils ne se perdent pas?» Ortiz prend Alger d'assaut, avec la tolérance des pouvoirs locaux, on insulte le chef que vous avez plébiscité? [...] Est-il possible qu'ils soient déjà fanés, ces oui rutilants qui n'ont pas dix-huit mois? [...] Voyez-vous à présent que la Cinquième s'est elle aussi déconsidérée? Si vous reniez votre choix, ce sera pour laisser le champ libre, cette fois, au fascisme né d'une guerre qu'il veut perpétuer, au régime le plus sanglant et le plus ruineux?», il donne la méthode: «Si vous devez leur répondre, ce sont les rues de France qu'il faut prendre». Sartre fait appelle aussi à son camp, ceux qui ont voté «non» et les invite à rejoindre les «oui» dans la rue: «Quant à nous, les non, il faut que nous nous joignions à vous.
Certains parmi nous serons tentés de dire: je ne me bats pas pour de Gaulle. Mais ils n'en feront rien car ils ont vu ce qu'il coûte de ne pas se battre pour Guy Mollet. Nous ne manifesterons pas pour de Gaulle mais, au sein de cette légalité bâtarde, contre Lagaillarde et Ortiz, contre les furieux qui veulent tout saccager.
Important manuscrit d'une grande lucidité.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue