STENDHAL, BEYLE HENRI DIT (1783-1842)

Lot 716
3 000 - 4 000 EUR

STENDHAL, BEYLE HENRI DIT (1783-1842)

Lettre autographe adressée à sa soeur
Pauline BEYLE [Paris], 10 floréal XIII [30 avril 1805], 1 page et quart in-4 à l'encre, adresse «Pauline». (Trace de colle et petite réparation).
Belle lettre. Il annonce son départ dans peu de jours pour Grenoble et Marseille, où il compte trouver «ce qui ne fait pas le bonheur, mais ce qui y aide. Nous travaillerons comme des diables pendant le tems que je resterai à Grenoble. Serrons nous l'un contre l'autre ma bonne amie.
Nous ne trouverons jamais personne qui aime Pauline comme Henri, ni Henri ne trouvera jamais une plus belle ame que Pauline. Je m'en vais peut être vous ennuuier par ma sombre tristesse, je sais bien que le sérieux des passions ardentes, n'est pas aimable» ...
Il précise ses projets de séjour à Grenoble, dont il espère que son père les appréciera, et lui donne des conseils pour ses lectures dramatiques: «Apprends par coeur des rôles. A propos de déclamation, je t'apprendrai mille choses. Je te porte un Gil Blas, et un Tracy. Je suis au desespoir de ne pas pouvoir vous porter des Bonnets. Mais attendez, peut être un jour viendra que.... comme dit Ulino [...] On m'annonce une chambre où je ne serai pas libre, et où je ne pourrai pas seulement déclamer. Tâche de déranger cet arrangement. Un solitaire est jaloux de sa liberté. C'est son plus grand bien comme c'est celui de tous les hommes».
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue