LESPINASSE JULIE DE (1732-1776)

Lot 177
1 500 - 2 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 1 950 €

LESPINASSE JULIE DE (1732-1776)

L.A., «ce lundi au soir 15 may» [1775], au marquis de CONDORCET; 4 pages in-4.
Très belle lettre à Condorcet au moment des émeutes de la guerre des farines contre la politique de Turgot.
Il y avait longtemps qu'elle n'avait reçu de nouvelles directes de Condorcet... «Mon dieu oui j'ai souffert, et beaucoup; j'ai été frapée de terreur, mon ame ne conoit plus de mouvement moderé, je croyois tout ce que je craignois, et pendant huit jours il y avoit pretexte a tout craindre; je distinguois pourtant notre ami [TURGOT] de la chose publique, mais je tremblois que sa santé ne succombasse; oui oui il leur a appris qu'avec beaucoup de vertus, et beaucoup d'esprit, il avoit un grand caractere et une ame aussi forte qu'élevée; mais ne croyés pas, qu'il ait vaincu tous ses ennemis, mon ami, personne sur la terre ne vaincra les sots et les fripons, on les fait trembler quelques fois, mais rien ne les fait taire, si vous entendies quelles betises, quelles mechancetés remplissent les soupers delicieux de Paris ! Je benis le ciel qui ma fait prendre le parti de me retirer du monde, ce qui m'en revient m'en donne un dégout mortel». Elle n'est pas allée à la campagne, pour pouvoir avoir des nouvelles de Turgot «dix fois par jour et elles m'étoient necessaires; et puis voila le mois de may passé, c'est ce mois que j'aurois voulu jouir du bon air, et vivre seule. D'ailleurs j'ai sû que
Mr d'ALEMBERT me cachoit la peine que je lui faisois, cela m'ote le courage de remplir mon projet et il me deviendroit d'autant plus penible à remplir que je crois votre retour assez prochain».
Elle raconte ensuite la réception à l'Académie du duc de DURAS dont le discours «court, simple, noble et convenable à tous egards» a été très applaudi; «celui de Mr de BUFFON moins mauvais que le dernier, mais voila tout. L'abbé DELILLE a lu le chant de Didon qui a été fort aplaudi; mais ce qui l'a été à l'excès, c'est l'éloge de Bossuet, Mr d'ALEMBERT avait eu l'adresse d'y faire entrer de justes louanges de la lettre de L.
de Toulouse [LOMÉNIE DE BRIENNE] à ses curés, et cet endroit a été saisi avec transport par le public, qui a aplaudi à enfoncer la salle; je regrette de n'avoir pas entendu cet homage rendu à un homme de merite, qui fait le bien, et avec les vertus de son etat, et avec les lumieres d'un homme d'etat; c'est le plus beau moment de sa vie, car le public ne le voit point dans le ministere. Ainsi l'éloge est pur et, quoi qu'il arrive, il n'y aura rien à y retrancher»...
Puis elle parle de son amant le comte de
GUIBERT qui [à la veille de son mariage] «est malade, il a la fièvre tres fort, et presque une inflamation d'entrailles, vous croyés bien que son sang est bien près de cette disposition, même en santé. Il n'a pas encore donné son eloge à la censure»...
Elle termine: «Bon soir, Mr d'Alembert vous embrasse de tout son coeur; et moi je vous aime comme il vous embrasse».
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue