SADE DONATIEN-ALPHONSEFRANÇOIS, MARQUIS DE (1740-1814)

Lot 214
5 000 - 6 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 6 500 €

SADE DONATIEN-ALPHONSEFRANÇOIS, MARQUIS DE (1740-1814)

L.A., [Vincennes 1777 ou 1778] «samedi à 5 heures du soir», à SA FEMME, «A Madame Madame de Sade à Paris»; 2 pages in-4, adresse.
Curieuse lettre sur un projet de résidence surveillée pour quitter son cachot de
Vincennes, en évitant un transfert dans une citadelle en Provence.
La lettre est écrire «6 heures après celle de
M. LE NOIR» [lieutenant général de police] «Voici une idée qui me vient qui est si raissonnable que je suis sur que vous l'accepterez a moins que ce ne soit decidement mon mal, et le deshoneur de vos enfants que vous preferiez a tout. Si vous reflechissiez sur ma conduite en tout ceci vous me loueriez au lieu de me blamer, et vous sentiriez que ce nest uniquement que le bruit, le tapage et l'esclandre que je veux eviter, et nullement mon bien etre que je cherche». Il veut éviter ce tapage «pour le tort irreparable qui en rejaillit sur vos enfants. La preuve de ce que je vous dis la, est que j'aime mieux le plus infame cachot sans esclandre, que l'habitation de Paris meme, au prix de tous vos tumultes et de tous vos tapages ordinaires».
Il s'est rappelé que «de Vaux [M. de VAULX, gentilhomme français rencontré en 1772 à l'auberge de la Pomme d'or à Chambéry, au retour du voyage en Italie, qui est devenu son ami, et essaya de faire évader Sade du fort de Miolans] a une petite campagne aupres de Montelimart. Prenez quelqu'arrangement avec lui pour que je ne lui sois pas a charge, et obtenez moi d'aller m'enfermer la, ou tout seul, ou avec lui seul quand il voudra bien m'y venir tenir compagnie. Là je vous attendrai puisquil paroit par votre lettre quil n'est question que de cela un an, deux sil le faut et je donne à M. LE NOIR ou à qui l'on voudra ma parole d'honneur la plus formelle de ne pas sortir l'enclos de son jardin, et soyez sure qu'en bien, comme en mal quand j'aurai donné ma parole je la tiendrai. Point d'esclandre [...] point de tapage, personne ne le scait, aucune nouvelle de repandue au lieu qu'en cette citadelle, ou jamais on n'a vu arriver de prisonnier, vous pouvez compter que toute la ville sera sous les armes [...] et le lendemain vous pouvez être sûre que ce sera imprimé dans les nouvelles de la province.
Acceptez mon idée elle est bien raisonnable, comptez sur ma parole; n'ayiez pas peur que je m'écarte jamais d'un plan que j'aurai prescrit moi meme. A l'egard du chemin je m'y rendrai sur ma parole au jour et a la minute qui me sera prescrit sous peine de dix ans de Vincennes»...
En seconde page, un précis sur la «Maniere de faire voiyager un homme avec plus de sureté encor sil est possible qu'avec un exempt et cependant sur sa parole. - Le commandant de Vincennes (je suppose) lui remet l'ordre du roi, et une route. Cette route est arrangée par diné et par couché, observant de faire toujours tomber les altes dans de gros endroits, afin que s'y trouve ou un bailli, ou un brigadier au moins de marechaussée». À chaque arrêt, le prisonnier «va prendre un certificat chez le bailli ou le brigadier, qu'il fait partir sur le champ à l'adresse de M. Le Noir. [...] On previent qu'au premier qui manquera, on mettra toute la marechaussée de France apres lui, pour le ramener en prison pour sa vie, il en signe l'aveu avant de partir [...] Veut-on une sureté de plus ? On fait courir un espion derriere, qui muni de lettres met a linstant toute la marechaussée apres, sil voit son homme s'écarter d'une ligne, mais cet espion ne fait que suivre, ne lui parle jamais et n'a ni l'air de le connaître, ni jamais celui d'être ensemble. Je me soumets a cette marche la si l'on veut», elle évite celle avec l'exempt «et l'esclandre, et cette abominable compagnie la, et je donne vingt mil francs et la moitié de mon sang pour l'eviter. Amblet [son précepteur] vous dira ce que c'est que cette route par le Bourbonois et le Vivaret et sans passer par Lion»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue