SADE DONATIEN-ALPHONSE-FRANÇOIS, MARQUIS DE (1740-1814)

Lot 217
4 000 - 5 000 €

SADE DONATIEN-ALPHONSE-FRANÇOIS, MARQUIS DE (1740-1814)

L.A., [donjon de Vincennes] 22 mai 1783, [à ses médecins oculistes]; 2 pages in-4.
Lettre de prison à ses oculistes, alors qu'il souffre d'un début de cécité.
[Sade a été soigné par les oculistes Henri et Guillaume GRANDJEAN et Antoine DEMOURS fils.] «On a fait usage de la poudre prescrite pendant quatre jours de suite, et les effets quelle a produits et que l'on va décrire, ont forcé de suspendre jusqu'a une plus ample explication de la part de Messieurs les oculistes. La situation rendant l'administration de la dite poudre impossible par l'operation du souffle, on y a suppleé en la jettant soi meme dans l'oeil, elle a produit une irrittation prodigieuse, elle a enflamé considerablement tous les petits vaisseaux du blanc de l'oeil, et a rendu cette partie la toute rouge. Relativement a l'opacité dont on esperoit la diminution par l'usage de cette poudre, bien loin d'en accellerer la diminution ou la fin elle a remis, le louche de l'oeil, ou l'epaisseur de la gaze, au meme etat ou il etoit dans les commencements, et a la suite des grandes douleurs produites par l'accident».
Il a suspendu le traitement et prie «Messieurs les oculistes» de revenir le voir, ou au moin de répondre en attendant à ses questions: «L'effet qu'on eprouve est-il naturel ? Et malgré ce qu'il a de facheux doit-on esperer du soulagement en continuant ? Ou faut-il changer de remede». En attendant, il a arrêté le traitement «a l'exeption des injections de colire a raison de deux par jour»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue