SAINT-PIERRE BERNARDIN DE (1737-1814)

Lot 226
30 000 - 40 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 37 700 €

SAINT-PIERRE BERNARDIN DE (1737-1814)

2 MANUSCRITS autographes pour L'Amazone; 98 pages in-4 reliées en un volume in-4, et environ 110 pages la plupart in-fol. en feuilles.
Très important ensemble de manuscrits inédits pour son roman utopique resté inachevé, L'Amazone, avec le plan détaillé, et un gros ensemble de brouillons.
Bernardin de Saint-Pierre travailla à L'Amazone de 1800 à 1805 environ, «roman utopique, où il comptait déverser tous ses rêves, toute son expérience de la vie, surtout les réflexions qu'avait fait naître en lui le spectacle de la Révolution. [...] Conçu d'abord sous forme de lettres échangées entre un réfugié et sa famille, l'ouvrage prend ensuite la forme d'un roman divisé en douze livres» (Maurice Souriau, Bernardin de Saint-Pierre d'après ses manuscrits (Paris, Société française d'imprimerie et de librairie, 1905, p. 355-370). Sous la Terreur, le narrateur, menacé, fuit Paris, où il laisse sa femme et ses enfants; à Amsterdam, il s'embarque sur un vaisseau; les péripéties du voyage et d'un affreux naufrage, où il est sauvé par le dévouement du bon nègre Samson (ou Annibal), l'amènent à l'embouchure du fleuve Amazone. Les bons sauvages recueillent les naufragés; il remonte le fleuve avec eux dans leurs pirogues, d'où de superbes descriptions de faunes et de flores paradisiaques, rives vierges, de forêts, de fleurs, d'oiseaux, de festins (tortues, poissons, fruits...)... Il arrive dans une colonie cosmopolite, fondée jadis par le Français Antoine Benezet, protestant chassé par la révocation de l'édit de Nantes. Il n'existe dans cette république que les métiers indispensables et l'on y ignore le luxe et le commerce, les bienfaits de la nature donnant à chacun le nécessaire. Le code des lois de nature qui régit cette heureuse république repose sur les douze harmonies, physiques et morales, en correspondance avec les mois de l'année...«L'ouvrage semble assez conforme, jusque dans ses bizarreries, aux orientations de la dernière période des Lumières qu'offrent d'autres textes comme La Découverte australe de Restif de La Bretonne ou l'Icosaméron de Casanova, tout en annonçant, par ses audacieuses projections anticipatrices (veaux marins dressés pour l'équitation, voyages aériens assurés par des aérostats ou des poissons volants), les grandes dérives dans l'imaginaire de l'utopie fouriériste du début du dix-neuvième siècle» (Jean-Michel Racault, Nulle part et ses environs. Voyage aux confins de l'utopie littéraire classique, 1657-1802, 2003, p. 390).
Laissé inachevé, L'Amazone tomba entre les mains du secrétaire de
Bernardin (et nouveau mari de sa veuve) Louis Aimé-Martin, qui en publia des «Fragments» en 1818 dans les Oeuvres complètes, en y opérant des coupures arbitraires et de graves altérations (tome VII), et un autre «Fragment sur la théorie de l'Univers» dans le tome XI.
Le présent dossier permet de mieux comprendre ce que devait être réellement L'Amazone.
A. Plan de l'ouvrage. 98 pages petit in-4 à l'encre brune sur papier bleuté (19,7 x 15,2 env.), numérotées 1-28, 30-34, 29, et 35-100 (p. 50 et 88 vierges), avec de nombreuses ratures, corrections et additions.
Les feuillets ont été interfoliés dans une belle copie du XIXe siècle (titre et 101 pages in-4 sur papier vergé), le tout relié en un volume in-4, demi-maroquin vert sombre à coins, dos à nerfs orné à la grotesque (E. Niedrée; nerfs, coiffes et charnières lég. usées).
Plan complet de l'ouvrage, comprenant la narration détaillée des divers épisodes du roman, avec descriptions naturelles ou ethnographiques et portraits des personnages, et exposition du code des lois de nature et des Harmonies. Il s'agit en fait d'une toute première version destinée à être développée et amplifiée. Certains chapitres portent des titres; certains épisodes ou sujets à traiter sont notés pour être ensuite développés. Les feuillets autographes sont montés en regard d'une copie soignée qui, magré des lacunes et des erreurs, facilite la lecture de ce manuscrit d'une écriture serrée et abondamment raturé et corrigé.
Sous le titre Plan de l'ouvrage, un titre de chapitre: Oppositions, dont nous citerons longement le début pour donner une idée du début du roman: «Affreux tableau de la revolution françoise, negligence dans le gouvernement mort du roy, partis divisés en jacobins en royalistes, disette d'argent disette du pain, partout les autels abbatus. L'Europe conjurée contre, citoyens contre citoyens. J'entre dans un caffé au milieu des vociferations je lis cet infernal conseil dans un journal du midi, pour rendre les subsistances copieux il faut tuer tous les hommes qui ont passé 60 ans. [...] J'ai passé cet age et je ne crains point la mort mais je tiens à la vie par une femme et deux enfans qui font mon bonheur. Je cultivois les lettres, j'ai predit ces tems desastreux mais quelle ressource dans une patrie où la moderation a été proclamée foible et coupable et la vérité un crime. Fuyons je mourrai content si je leur trouve un azile dans une terre etrangere»...
Suit une lettre à sa femme à son arrivée à Amsterdam «après six jours ou plustot six nuits de marche», racontant son départ de Paris, après avoir acheté un passeport à un roulier flamand, son voyage où il est arrêté plusieurs fois par la gendarmerie: «Les lieux ou j'ai couru les plus grands dangers sont au passage des rivieres jetois forcé de passer dy chercher le pont, parce que je ne scais pas nager. O ma compagne, noublie pas de donner ce talent a mon fils quand il sera en age, la nage est plus utile, que de savoir danser tirer les armes, monter a cheval et que tous les exercices des academies. J'avois oui parler dune colonnie demigrés qui se formoit a la nouvelle Orleans [...] j'appris que le vaisseau le globe alloit mettre à la voile»... Etc.
Citons les principales rubriques lors de la navigation: «portrait du pilote qui logeoit à l'auberge», «portrait du Capitaine», «portrait du financier», «portrait d'un evesque in partibus [...] dun mathematicien [...] d'un émigré de qualité [...] d'un negre et de sa famille» «Le meilleur des hommes dont on ne disoit rien etoit un negre» de
Surinam (son histoire)...; «novembre grosse mer», il est gravement malade, convalescence, «avanture de l'enfant du noir qui avoit avalé une arrete», les Canaries en vue, «tempete de 3 jours», il tombe à la mer et est sauvé par Annibal... À partir de là, la narration est plus soutenue: ils dérivent sur un radeau de fortune jusqu'à l'Amazone, leur survie, leur sauvetage; remontée de l'Amazone, accueil dans la tribu... Après un «Recit du père Gallima» (p. 21), départ dans les pirogues; accueil par Varron dans la colonie fondée par Benezet; descriptions, cérémonies; chant des femmes et des hommes: «cette ode renferme l'élément de toutes nos loix et les principes de notre bonheur»; Varron emmène le narrateur chez lui, et lui communique le code. Bernardin indique: «Ici sera le commencement des harmonies, dont la suitte sera page les harmonies de l'année en 4 saisons, les élémentaires phisiques, l'air, l'eau, la terre, les phisiques combinés, végétaux, animaux, homme, élémentaires morales fraternelles, conjugales, maternelles et morales combinées, les espèces spéciales, les génies, les sphériques», puis la mention: «fin du 1er livre».
Après l'insertion d'un chapitre «Arrivée sur le continent», et d'un feuillet exposant les «Loix générales de la nature», commence le «Livre second»: «Je fus réveillé par le ramage d'une multitude d'oiseaux de toutes les couleurs et de formes les plus diverses du plus bel effet.
Le sommet des grands arbres étoit déjà orné des rayons de l'aurore, tandis que le reste de la forêt encore dans l'ombre se reflétoit d'une manière si vive dans l'onde transparente du fleuve, qu'on auroit cru voir au fonds de son lit un nouveau ciel et une autre forêt»... Après une navigation, le narrateur et ses compagnons sont conduits à bord d'un navire piloté par un jeune Hollandais et son père Marthon qui l'emmènent dans leur république, «la république des frères, une nouvelle Philadelphie», où ils sont accueillis par les magistrats...
Suivent des rubriques sur le code, les lois et croyances de la république: «de Dieu», «la lumière», «sept puissances - douze harmonies », avec le détail de chacune de ces harmonies... «Après avoir lu ce code d'harmonie, je fus pénétré de la plus profonde admiration»...
Cérémonie, avec hymne au soleil...

PROVENANCE:
Bibliothèque CC (estampille ex-libris); Bibliothèque du Docteur
LUCIEN-GRAUX (VIII, n° 28, 11-12 décembre 1958).
B. Brouillons. Environ 110 pages la plupart in-fol. (5 in-4), sur des bifeuillets ou feuillets simples, ceratins formant des cahiers.
Une trentaine de pages se rattachent à la partie centrale de l'ouvrage, c'est-à-dire le récit d'exploration de la «cité des frères» et la lecture par le narrateur, dans cette cité, d'un livre intitulé Des loix de la nature.
Bernardin de Saint-Pierre y synthétise en fait son ambitieux essai des
Harmonies de la nature de 1796. On trouve ensuite des passages de différentes longueurs, plusieurs portant un titre: départ de Paris, «arrivée en Hollande», «embarquement sur L'Europe», «voyage sur l'Europe
Amsterdam», «caractère de Samson et de sa femme» («Samson étoit né en Guinée, de là enlevé à ses parents enfant»...), «maladie sur l'Europe», «combat sur le vaisseau l'Europe - tolérance», traversée, naufrage et arrivée chez les «sauvages», «arrivée à la cité des frères, sur la rivière des amis. Amazone, personnages», «aspect de la cité», «conversation dans la grotte avec Varron», «hymne au soleil et à la lune», «bons mots et réflexions à verser ça et là», «commencement de notre arrivée», «espérances d'une vie plus heureuse», «commencement de la fin d'Edgar le brave», «commencement du discours d'Edgar sur la mort», «portrait du vieillard», rédaction des chapitres sur les harmonies, etc. Citons le passage qui suit la lecture du code: «Nous achevames à peu près dans le meme tems la lecture de ce code d'harmonie Duval et moi. Nous étions pénétrés de la plus profonde admiration; Nous croyons l'un et l'autre avoir fait un rêve, ou au moins avoir lu un roman mais les loix de la nature y étoient si évidentes, elles étoient si bien liées entrelles, les expressions en étoient si simples qu'elles avoient captivé tellement notre opinion que je ne desirois plus rien que de vivre avec mes enfans dans ces climats fortunés, je me rappelois la funeste position où je t'avois laissée livrée aux horreurs de la misère, et ce qu'il y a de pis aux fureurs d'un peuple rentièrement démoralisé»... Etc.
On relèvera deux notes d'Aimé-Martin: «inutile ou employé», «tout ceci est inutile et ne peut être mis en ordre».
ON JOINT la copie par une autre main des premiers paragraphes de
L'Amazone (4 p. in-folio), dont plusieurs non retenus par Louis Aimé-
Martin.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue