SAINT-PIERRE BERNARDIN DE (1737-1814)

Lot 228
2 000 - 3 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 2 470 €

SAINT-PIERRE BERNARDIN DE (1737-1814)

MANUSCRIT autographe (incomplet), Loix de la nature; 8 pages in-fol. (paginées 1 à 4 et 17 à 20) sur 4 feuillets de papier bleuté.
Manuscrit de premier jet de réflexions sur les lois et les harmonies de la nature.
Thèmes de prédilection de Bernardin de Saint-Pierre, ces réflexions doivent se rattacher au vaste chantier des Harmonies de la nature (1815, 3 vol.), ou au code du roman inachevé L'Amazone. Le manuscrit présente de nombreuses ratures et corrections.
«Loix de la nature. Il y a sur la terre sept puissances permanentes qui forment entre elles douze harmonies dans le cours de l'année.
Ces harmonies ce sont les ames des puissances. Voilà tout ce que
Dieu nous a permis d'entrevoir des loix qui gouvernent notre petit monde. Lui seul connoît les causes. Il a permis à l'homme d'étudier les resultats. Des sept puissances de la terre. Ces puissances sont au nombre de sept. La premiere est céleste c'est la lumiere les six autres sont terrestres. Ce sont l'air, l'eau, la terre, les vegetaux, les animaux et l'homme. De la puissance celeste ou de la lumiere. La lumiere est un element celeste. Elle paroit repandu dans toute la nature et le principal agent de tous ses ouvrages. Elle est invisible de sa nature, elle ne paroit qu'au lieu d'où elle part, et sur celuy ou elle arrive. Le gerbe lumineux du soleil qui la nuit éclaire les planetes ne laisse aucune trace dans les cieux. Un rayon, qui traverse le jour l'obscurité d'une forest, est invisible, elle ne paroit que sur le sol ou sur le feuillage qu'elle touche dans son cours. La lumiere est blanche.
Son absence donne la couleur [...]. Si on renferme les trois couleurs primitives dans un cercle vous aurés un triangle equilateral, premier simbole de la trinité divine formée de trois personnes distinctes et egales en puissance qui ne forment qu'un dieu, comme ces trois couleurs diverses, et d'une seule etendue ne composent qu'un rayon blanc. La lumiere paroit. Ce n'est donc pas sans raison, que Pythagore l'a apellé le char des ames et Platon l'ombre de Dieu»... Etc.
Suivent d'autres rubriques traitant du soleil, de la puissance de l'air, de la puissance de l'eau, de la puissance de la terre, de la puissance de végétaux, de la puissance des animaux, etc.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue