Lot 246
6 000 - 8 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 7 540 €

VOLTAIRE (1694-1778)

MANUSCRIT autographe, Remarques historiques. Eglise; 2 pages grand in-fol. sur les deux faces d'un feuillet de registre comptable (36 x 24 cm; un peu taché, légères effrangeures, pli un peu fendu).
Notes historiques qui semblent inédites; elles pourraient se rattacher à la préparation de l'Essai sur les moeurs.
En tête, Voltaire a ajouté cette sentence: «Les pretres doivent etre les medecins de l'ame, mais un medecin fait il bruler celuy qui ne veut pas de ses pillules ?»
Citons les premières entrées de ces notes intitulées Eglise.
«Les anciennes eglises etoient des salles d'assemblée car le peuple payen nentroit point dans les temples, il se tenoit autour des autels placez devant les temples.
On portoit devant les magistrats romains un coussin et un livre avec deux chandeliers, posez sur une table - c'est l'origine des autels cretiens.
Des le commencement du troisieme siecle les autels des cretiens etoient magnifiques, ils avoient des colonnes dargent de trois mille marcs, leurs calices empruntez des coupes des romains etoient d'or [...]
L'office se faisoit dans la langue vulgaire de chaque peuple.
On prioit debout et cette coutume est demeurée dans l'eglise grecque.
Il y avoit quinze ans de penitence pour les adulteres»...
Suivent des remarques sur Constantin et la basilique de Latran, les aumones touchées par les papes, l'établissement de maisons charitables, l'habillement des moines, le plan des monastères à l'imitation «des anciennes maisons grecques et romaines», l'établissement des cardinaux, les écrits contre les papes, etc.
«Si les pretres n'avoient servi qu'à l'autel, et n'eussent eté que depositaires de misteres ignorez du public, il n'y eut jamais eu de guerres de relligion. [...]
Dans toutes les disputes teologiques, Rome a toujours décidé pour ce qui est le plus au dessus des sens, cétoit tres bien connaitre les hommes de son temps, puisquil sagissoit de mistere, plus la chose etoit incomprehensible, plus elle etoit mistere»... Etc.
À la fin, des notes brèves, certaines sur les arts sous Louis XIV.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue