BAUDELAIRE Charles (1821-1867)

Lot 17
Aller au lot
Estimation :
30000 - 40000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 40 300EUR

BAUDELAIRE Charles (1821-1867)


Portrait de Jeanne DUVAL, dessin original
Mine de plomb, encre et plume, 13,5 x 8 cm, contrecollé sur papier fort.
Précieux portrait de sa maîtresse «maudite». Un des quatre dessins que Baudelaire a laissé de Jeanne Duval, dont aucun n'est légendé du nom de celle-ci, exécutés à plusieurs moments de sa vie : «La seule femme que j'aie aimée» (lettre à Narcisse Ancelle, 30 juin 1845). Jeanne Duval occupe une place centrale dans la vie et l'oeuvre de Baudelaire. Il la rencontre au printemps 1842, et vécut par intermittences avec elle pendant près de vingt ans une passion tempétueuse qui évolua en amour charitable quand la belle, vieillie et s'éloignant de lui, fut devenue une «épave».
Les Fleurs du mal lui consacrent plusieurs poèmes majeurs, désignés parfois comme formant le «cycle de Jeanne». Ainsi, dans Je te donne ces vers : «[...] Être maudit à qui de l'abîme profond, Jusqu'au plus haut du ciel rien, hors moi, ne répond; - Ô toi qui, comme une ombre à la trace éphémère, Foules d'un pied léger et d'un regard serein Les stupides mortels qui t'ont jugée amère, Statue aux yeux de jais, grand ange au front d'airain !».
La mère de Baudelaire a détruit toutes les lettres de celles-ci après la mort de son fils. Le vrai nom de cette femme de couleur reste incertain, Duval, Lemer, Lemaire ou Prosper selon les documents, de même que son origine, probablement Saint-Domingue, et son emploi - il semblerait qu'elle ait tenu des petits rôles au théâtre dans les années 1838-1839. Banville, dans Mes Souvenirs (1882), en donne une description qui en souligne la dualité baudelairienne : «C'était une fille de couleur, d'une très haute taille, qui portait bien sa brune tête ingénue et superbe, couronnée d'une chevelure violemment crespelée, et dont la démarche de reine, pleine d'une grâce farouche, avait quelque chose à la fois de divin et de bestial...» «J'ai usé et abusé; je me suis amusé à martyriser, et j'ai été martyrisé à mon tour» (Charles Baudelaire, lettre
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue