ALEXANDRE II (1818-1881) Tsar de Russie

Lot 824
Aller au lot
Estimation :
1000 - 1200 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 820EUR

ALEXANDRE II (1818-1881) Tsar de Russie


L.A., S.P. [Saint-Pétersbourg] 17/29 janvier 1868 à minuit ½, à Catherine DOLGOROUKI, «KATIA» ; 4 pages in-8 ; en français avec quelques mots en russe.
Très belle et longue lettre d'amour fou à Katia, évoquant leurs bingerles (ébats érotiques).
«Oh ! merci, merci, mon Ange adoré, pour tout le bonheur que tu sais toujours me donner quand nous nous retrouvons ensemble. Je sens que nos délirants bingerles nous ont rendu encore plus fous l'un de l'autre et tu as vu et senti que la jouissance inouie, que j'éprouvais de toi, était encore doublée par celle que tu partageais avec l'être qui t'appartient corps et âme et qui ne respire que par toi. [...] Tout ton être a un tel charme pour moi, qu'il y a de quoi devenir fou de toi [...] Tout ce que tu me dis, en parlant de notre triste séparation de l'année passée et de l'effet qu'elle a produit sur nous, est bien vrai.
Oui, elle nous a prouvé que rien ne pouvait modifier notre adoration mutuelle. Aussi je n'oublirai jamais le bonheur avec lequel nous nous retrouvâmes à Paris et ici, après notre seconde séparation, où nous éprouvâmes encore plus de tourments de tous les genres. [...] Oh ! oui, mon Ange, tu peux être sûre que si nous devons hélas ! passer par toutes les angoisses d'une nouvelle séparation, je ne cesserai jamais de me regarder comme ton bien [...] Le froid commence à diminuer», et il partira peut-être au matin à la chasse. Il attend le moment de se retrouver dans ses bras : «Je prierai que nous aurons de nouveau la rage de nos bingerles. [...] Hélas ! pourquoi ne pouvons nous pas nous coucher ensemble. Malgré la fatigue que nous éprouvons l'un de l'autre nous n'aurions pourtant pas pu nous empêcher d'être de nouveau bien deraisonables»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue