ALEXANDRE II (1818-1881) Tsar de Russie

Lot 828
Aller au lot
Estimation :
1000 - 1200 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 495EUR

ALEXANDRE II (1818-1881) Tsar de Russie


L.A., S.P. [Saint-Pétersbourg] 25 janvier/6 février 1868, à Catherine DOLGOROUKI, «KATIA» ; 4 pages in-8 à son chiffre couronné (pli central fendu) ; en français avec quelques mots en russe en alphabet latin.
Lettre d'amour fou à Katia, évoquant leurs bingerles (ébats érotiques) alors que Katia a ses règles.
La lettre est commencée à 11 h. ½ du matin : «Grâce à toi, mon Ange adoré, je me sens de nouveau tout imprégné de notre bon soleil. Tu as bien raison de dire : que lorsque on s'aime comme nous, on a toujours quelque chose à se dire et c'est notre seule consolation de causer par écrit quand nous ne pouvons pas être ensemble. [...] Rien, ni personne ne pourra m'arracher de toi»... À 4 h. de l'après-midi, il dit son bonheur d'avoir rencontré Katia en voiture : «Nos mouchoirs ont su nous exprimer tout ce qui débordait de nos coeurs, qui n'en forment qu'un et l'expression adorable de tes chers yeux m'a encore plus ensorcellé. [...] c'est toi seule qui me rattache a la vie, car je voudrais vivre pour me consacrer un jour à toi complètement. [...]
Je me sens tout nerveux d'impatience de me jetter dans tes bras et je dois t'avouer que j'ai la rage de faire bingerle, mais je prévois hélas ! que nous devrons nous en priver, à moins de devenir par trop déraisonables»... À minuit ½, de retour du spectacle auquel il n'a fait aucune attention : «Mes pensées étaient ailleurs et je n'ai pas besoin de te dire où. Je me sens tout imprégné de notre bonne soirée, où tu as été un véritable Ange pour moi»... Ils vont se retrouver samedi «dans notre cher nid et faire bingerle, ce qui nous manque horriblement quand nous en sommes privés. Tu es pourtant parvenue à me faire jouir encore aujourd'hui»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue