SADE DONATIEN-ALPHONSE-FRANÇOIS, MARQUIS DE 萨德侯爵(1740-1814)

Lot 39
Aller au lot
Estimation :
4000000 - 6000000 EUR

SADE DONATIEN-ALPHONSE-FRANÇOIS, MARQUIS DE 萨德侯爵(1740-1814)

MANUSCRIT autographe, Les 120 journées de Sodome ou l'école du libertinage, 1785; bande de 33 feuillets collés bout à bout, formant un rouleau d'une longueur de 12,10 mètres sur une largeur de 11,3 cm, écrit au recto puis au verso (quelques taches, et quelques petits manques marginaux sans perte de texte); dans une boîte-étui à dos double en veau gris à grand décor géométrique à froid de caissons formant perspective, l'intérieur de box rouge avec une cavité pour accueillir le rouleau (Jean-Luc Honegger).
AUTOGRAPH MANUSCRIPT
The 120 Days of Sodom, or the School of Libertinage, 1785 33 strips of paper glued together, forming a roll of 12,10 meters (476 inches) in length and 11,3 cm (4,4 inches) in width, written on both sides (some foxing and a few lacunae in the margins); roll in a modern fitted slipcase with geometric patterns (Jean-LucHonegger).
Extraordinary autograph manuscript of the most famous novel of erotica, written by the Marquis de Sade while imprisoned in the Bastille.
最著名的色情小说《索多玛的120天》亲笔手抄本,1785年。33张纸连在一起形成长12.1米宽11.3厘米的手稿长卷(空白处有斑点或轻微破损),附现代定制几何图案的套盒。书写自萨德侯爵被关在巴士底狱之时。
Extraordinaire rouleau manuscrit du plus scandaleux des textes de la littérature érotique.
C'est à la Bastille, où il est transféré le 29 février 1784, que Sade va mettre au net, sur cet étonnant rouleau de papier, les brouillons des 120
Journees de Sodome, commencés, semble-t-il, deux ans plus tôt. À deux reprises, Sade a daté ce rouleau manuscrit: au bas du recto: «Cette bande a été écrite en 20 soirées de 7 à 10 heures du soir et est finie ce 12 7bre 1785»; puis à la toute fin: «Toute cette grande bande a été commencée le 22 8bre 1785 et finie en 37 jours»; il a donc été écrit entre août et novembre 1785. Les feuillets sont délimités sur chaque bord par un épais trait à l'encre brune; certains lés de papier portent leur numéro d'assemblage; dans la marge, Sade a en outre noté le numéro de la journée de la première partie; les feuillets sont remplis d'une petite écriture serrée à l'encre brune; on relève quelques ratures et passages biffés.
Le roman se situe à la fin du règne de Louis XIV, peu avant la Régence.
Sade présente d'abord longuement les quatre principaux protagonistes, de riches aristocrates libertins, le duc de Blangis, son frère l'évêque, le président de Curval et le financier Durcet; puis leurs femmes: Constance, «femme du duc et fille de Durcet», Adélaïde, «femme de Durcet et fille du président», Julie, «femme du président et fille aînée du duc», et Aline, «soeur cadette de Julie et réellement fille de l'évêque». Il s'agissait, dans le dessein des «quatre scélérats», non seulement de pratiquer toutes les débauches possibles, mais aussi, pour exciter leur lubricité, de se faire raconter (sur le modèle des Mille et une nuits ou du Decameron) «tous les écarts les plus extraordinaires de la débauche» par quatre maquerelles expérimentées: Mme Duclos, Mme Champville, Martaine et la Desgranges, chacune chargée du récit de 150 passions, dans une gradation allant des plus simples jusqu'aux plus atroces supplices et au meurtre. On choisit ensuite avec soin les «accessoires», soit «huit jeunes filles, huit jeunes garçons, huit hommes doués de membres monstrueux pour les voluptés de la sodomie passive, et quatre servantes».
Tout ce monde va vivre enfermé pendant quatre mois d'hiver dans le château de Silling, perdu dans la Forêt Noire, dont Sade décrit longuement l'aménagement luxueux, avant de transcrire les «Reglements», puis le discours du duc aux jeunes victimes. Sade va pouvoir enfin commencer le «récit le plus impur qui ait jamais été fait depuis que le monde existe». Il termine son «introduction» par des récapitulatifs: «Personnages du roman de l'Ecole du libertinage», «Serail des jeunes filles», «Serail des jeunes garcons», et «Huit fouteurs». Une courte note relève quelques points à développer.
Commence alors la «Première partie» des 120 journees de Sodome, intitulée: «Les 150 passions simples ou de premiere classe composant les trentes journees de novembre remplies par la narration de la Duclos auxquels sont entremeles les evenemens scandaleux du chateau en forme de journal pendant ce mois la»: «1ère journée. On se leva le 1er de 9bre à 10 heures du matin ainsi qu'il étoient prescrit par les règlements dont on s'étoit mutuellement juré de ne s'écarter en rien. Les quatre fouteurs qui n'avoient point partagé la couche des amis leur amenèrent à leur lever Zéphirine chez le duc, Adonis chez Curval, Narcisse chez Durcet, et Zélamir chez l'évêque. Tous quatre étoient bien timides, encore bien empruntés, mais encouragés par leur guide, ils remplirent fort bien leur devoir, et le duc déchargea. Les 3 autres plus réservés et moins prodigues de leur foutre en firent pénétrer autant que lui, mais sans y rien mettre du leur»... À la fin de la «Trentième journée», Sade ajoute une note des «Fautes que j'ai faites», qui devront être corrigées.
Les trois autres parties
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue