GRIMOD DE LA REYNIÈRE Alexandre-Balthazar-Laurent (1758-1838) gastronome et ecrivain.

Lot 701
Go to lot
Estimation :
1000 - 1500 EUR
Result with fees
Result : 2 000EUR
GRIMOD DE LA REYNIÈRE Alexandre-Balthazar-Laurent (1758-1838) gastronome et ecrivain.
4 L.A.S. « Grimod De la Reyniere » puis « GDLR », Béziers 1790-1791, à Adélaïde-Thérèse FEUCHÈRE, à Lyon ; 3 pages in-4 chaque avec adresse, remplies d’une écriture très serrée, numérotées 18, 38, 44, 49, adresses (petites déchirures par bris de cachet).  Belles lettres d’amour et d’érotisme du célèbre écrivain gastronome à sa maîtresse. [Grimod a fait connaissance en 1790 à Lyon, où il avait ouvert un magasin d’alimentation et d’étoffes, d’une charmante comédienne, Adélaïde-Thérèse FEUCHÈRE (1764-1845), qui deviendra vite sa maîtresse et lui donnera une fille (morte en 1793) ; il l’épousera en 1812. Il lui écrit ces longues et savoureuses lettres dans son étonnant graphisme dû à la malformation de sa main.] 17 septembre 1790. Il restera encore à Béziers chez sa tante, mais il assure n’être « arreté par aucune séduction, illusion, ou plaisir », et il tiendra parole de rentrer à Lyon pour les couches de sa « charmante amie ». Il lui donne le détail de ses voyages… « Qui m’obligeoit à te dire que je voulois être non le parrain, mais le père légal de ton enfant, tandis que toi-même n’osois m’en prier ? Connois mieux un cœur qui ne respire que pour toi, qui ne vit que pour t’aimer, et qui s’ouvre délicieusement à tous les sentimens de la nature. Ce que je desirois le plus au monde c’etoit d’avoir un enfant d’une femme que j’aimai. Tu as rempli ce vœu. C’est maintenant à moi à remplir tous les devoirs qu’il m’impose. […] Je les remplirai avec amour, avec exactitude, dans toute leur étendue, en adoptant cet enfant, en m’en déclarant le père »… Ne voulant point porter « les chaînes du mariage », il ne peut mieux faire que de vénérer celles que lui impose la « créature angélique » qu’il idolâtre : « ô ma Feuchere ! Rends enfin justice à ton amant ! Connois le mieux, et crois qu’il t’aime de toutes les forces de son ame, et de toute l’energie de ses sens. Brulante ivresse qui s’empare de moi chaque fois que je repose mon ame sur le souvenir de ma bien aimée,
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue