PÉTAIN Philippe (1857-1951) marechal, chef de l'Etat francais.

Lot 775
Go to lot
Estimation :
10000 - 12000 EUR
PÉTAIN Philippe (1857-1951) marechal, chef de l'Etat francais.
20 L.A.S. « Ph. Pétain », « Ph. P. », « Phi » ou « P. » (6 non signées), 1943-1944, à Mme Simone BUFFET ; 45 pages in-8, une carte à en-tête Le Maréchal Pétain Chef de l’État, enveloppes ; sous boîte-étui demi-maroquin rouge.  Tendre correspondance à son dernier amour, où il évoque les difficultés de la situation politique pendant la dernière année du gouvernement de Vichy. [Simone Quérenet, Mme André BUFFET (1888-1984), femme de lettres, fut le dernier amour du maréchal Pétain. La première lettre lui est adressée à Malemort (Corrèze), les autres à Vichy (où elle logeait à l’hôtel Astoria) ou à son domicile à Versailles. Selon une note de Mme Buffet, « ces vingt lettres du Maréchal Pétain à moi adressées en 1943-44 et que j’avais offertes à la Bibliothèque municipale de Versailles le 1er juin 1944 pour n’être ouverte que dans 30 ans me furent rendues comme “dangereuses à garder” en nov. 44 par la conservatrice » (vente 19 avril 2013, n° 305). Pétain y fait allusion aux difficultés de sa charge, alors qu’il doit faire face à un contrôle accru de ses actes comme chef de l’État Français, aux actes secrets de succession (27 septembre et 12 novembre 1943) refusés par les Allemands, et aux désaccords avec son chef du gouvernement, Pierre Laval.] 1943. 24 juin. « J’ai conservé un souvenir si agréable de notre dernière entrevue que je ne résiste pas au désir de vous le dire. Et puis ne m’avez-vous pas demandé de vous écrire ? Ce que je fais aujourd’hui avec l’espoir que vous me direz que je ne suis pas seul à avoir fait un beau rêve »… 26 juillet. « Les événements sont trop délicats pour me permettre une longue absence, et je ne prévois pas qu’ils me permettent de m’absenter de nouveau avant longtemps. Gardez-moi votre affection, elle m’est infiniment précieuse. Vous avez la mienne aussi complète que vous pouvez la désirer. Je vous embrasse de tout mon cœur »… Il recommande de lui écrire sous deux enveloppes, ou par l’intermédiaire de son secrétaire particu
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue