MIRABEAU Honoré-Gabriel de Riquetti, comte... - Lot 1097 - Aguttes

Lot 1097
Go to lot
Estimation :
3000 - 5000 EUR
MIRABEAU Honoré-Gabriel de Riquetti, comte... - Lot 1097 - Aguttes
MIRABEAU Honoré-Gabriel de Riquetti, comte de (1749-1791) le grand orateur des débuts de la Révolution. MANUSCRIT autographe (fragment), [Le lecteur y mettra le titre, Amsterdam 1777]; 4 pages in-4 (quelques petites corrosions d'encre). Fragment de sa défense de la musique instrumentale. [Dans cette brochure anonyme, Le lecteur y mettra le titre («Londres 1777», 96 pages), Mirabeau défend en particulier la musique du violoniste, compositeur et chef d'orchestre napolitain Ignazio RAIMONDI (1735-1813), dont le nom est ici écrit en clair (il sera réduit à son initiale dans le pamphlet). Le manuscrit présente de rares ratures et corrections. Son texte correspond à celui du milieu de la p. 17 jusqu'à la première ligne de la p. 24 de l'imprimé, avec des variantes mineures, et des lignes non retenues dans la version éditée.] Il faut se poser les questions suivantes: «La musique est-elle un art aussi frivole, aussi borné, aussi inutile qu'affectent de le penser ceux qui ne la connoissent point ? La musique instrumentale peut-elle exprimer des passions et exciter des sensations déterminées ? Est-il possible de faire une bonne composition de musique instrumentale, sans s'être proposé de peindre un objet déterminé ? Quelle est la différence de l'art du Poëte à celui du musicien ? Quelle est celle des sensations qu'ils excitent ? Que se doivent-ils l'un à l'autre ? Que peuvent-ils indépendemment l'un de l'autre ? Ne peut-on pas soutenir que les bornes de la musique instrumentale sont moins resserrées que celles de la musique vocale ?»... Mirabeau rappelle le rang égal de la musique, la poésie et la danse, dans la Grèce antique (Strabon, Plutarque), et, dans quelques lignes non retenues, constate que Platon admet «des musiciens dans sa république dont il bannit les poëtes. Il savoit que le triomphe de ceux-ci est d'inspirer ou d'enflammer les passions que Pithagore appaisoit par le son de sa lyre» (avec note renvoyant à Sénèque, De ira). Il cite aussi le décret des éphores bannissant Timothée le Mil
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue