PUCCINI Giacomo (1858-1924)

Lot 1369
Aller au lot
Estimation :
2000 - 2500 EUR
PUCCINI Giacomo (1858-1924)

L.A.S. « Giacomo », Viareggio 30 août 1913, à Carlo cLauSetti ; 4 pages in-8 à l’en-tête rayé de Torre del Lago ; en italien. 

Épître en vers au directeur artistique de la maison d’édition musicale Ricordi, un an après la mort de Giulio Ricordi.
L’épître compte 13 quatrains : 13 « O mio caro Carluccetto / tu che sempre forte caro / ora quasi fuor del letto / stai coi piedi e vedi amaro »…

Carluccetto sort du lit, et regarde amer la situation… Les propositions des fous aveugles au sujet des sept princesses ne sont que de mauvais rêves, idées idiotes… Les morceaux mous, écrits pour des rêveurs, vont bien la première fois ; mais les gens s’en détournent à la deuxième… Comment changer l’objectif, qui paraît si terne ?... Le vieil éditeur disparu avait raison, quand il disait : Il n’y a pas de vie sans corps, pas de maison sans toit (« L’editore antico e giusto / che scomparse, lascio detto : / non c’è vita senza busto / non c’è casa senza tetto »)… Ils sont sur une route accidentée, l’intelligence est perdue, la vision est mauvaise… Il ne reste plus rien, et peu importe comment ils se tournent, ils sont vraiment dans un deuil profond… Il faut tourner le regard ailleurs, laisser là Maeterlinck si on veut faire de l’art, de l’art sain et fort qui dure sur scène(« lascia stare Maeterlicche / se tu vuoi fare dell’arte / dico arte sana e forte / che la duri sulla scena »)… Carluccetto était autrefois plus frais, il avait les yeux droits et vifs, maintenant, à table, il semble affl igé… Mais il espère que la lune fera de la lumière et que la Fortune le guidera…
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue