APOLLINAIRE Guillaume (1880-1918)

Lot 305
Aller au lot
Estimation :
12000 - 15000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 30 314EUR
APOLLINAIRE Guillaume (1880-1918)
Lettre autographe signée à LOU avec poème, dessin et deux petits calligrammes.
21 juin 1915, à Lou [Louise de Coligny-Châtillon] ; 2 pages in-4 (fente au pli réparée). Magnifi que lettre en grande partie inédite.
Apollinaire est content de savoir Lou auprès de Toutou (l'autre amoureux de Lou), et il pense à eux : «Je voudrais bien souffl er dans mon petit siffl et à 2 trous».
Chagriné que Toutou le prenne «pour un soldat en carton et se moque un peu de moi», il se défend, arguant que «les meilleures choses se font avec les plus inattendues» : le Christ a choisi pour apôtres des pêcheurs ignorants, et «les gens de lettres ont toujours fait bonne fi gure à la guerre», ainsi Choderlos de Laclos, Reveroni de Saint-Cyr étaient dans l'artillerie, Andréa de Nerciat, Blessebois (l'auteur du Rut ou la pudeur éteinte), Sygognes, Agrippa d'Aubigné, Vigny, etc. furent soldats, et la plupart offi ciers. Il lui parle de ses rencontres au front avec d'autres poètes, littérateurs, gens de lettres.
«Le nombre des littérateurs simples soldats dans la guerre actuelle n'est pas plus rare que celui des artistes célèbres, en ce moment simples soldats également» ... «Cependant ce qui gêne c'est le manque de point de repère et aussi le sentiment qu'on s'amuse beaucoup à l'arrière. Je m'en tiens toujours au régime moral du nénuphar».
Et il souhaite «qu'un sandwichage idéal me joigne à vous et à Toutou», en rappelant qu'il est au secteur 69. Il se porte «comme un charme», et il a bon espoir d'une prochaine nomination de sous-officier : «ça en boucherait à coin à Toutou, qui me croit soldat de carton» ... «la guerre recommence. Les bois sont tout de même très beaux, ils ne participent point de la colère des hommes. Cependant les fleurs des champs éteignent leurs couleurs, seule la flamme azurée du bleuet perce les blés et des jardins déjà émerge le périscope de la fleur de lys».
Après avoir raconté l'histoire cocasse d'un sous-off atteint d'un «coup de pied de Vénus», il annonce : «Case d'armons a paru à 25 exemplaires et quelques exemplaires sont placés. Je les placerai tous sauf ceux que je donnerai». Les lettres de Lou lui manquent... Il lui envoie «un petit poème pour intermède». A l'encre rouge, il a dessiné un avion et écrit : «Lou est un enfant charmant [...] Louest la huitième merveille du monde», ainsi qu'un calligramme en forme de feuille de lierre : «Lierre, lierre, herbe de fi délité, herbe de la tendresse». Un petit poème accompagne le dessin de l'avion : «Avion de cristal / beaux fruits du ciel qui chante / petit Lou au bon coeur / Il y a aussi des libellules bleues / simple douceur des nues si blanches et si rondes». Suit un beau poème d'amour d'une trentaine de vers : «Est-il temps de monter plus haut que notre idéal Les heures sont de belles fi lles langoureuses Le printemps défl euri s'éloigne Là-bas bas et se tourne parfois encore pour me sourire Et dans les champs les coquelicots se fanent en se violaçant Et en répandant une odeur opiacée
Je contemple ton absence et ton silence [...] Je suis ici pour te chanter des chansons En combattant Je te couvrirai de trophées J'attends seulement l'amour» ... Un autre calligramme illustre la lettre, en forme de fl eur : «Cueille vite cette fl eur / prends vite le lambeau de nuage que je donne / Dans cette nuit profonde de juin adorable».
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue