ARAGON Louis (1897-1982)

Lot 306
Aller au lot
Estimation :
7000 - 8000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 19 500EUR
ARAGON Louis (1897-1982)
Écritures automatiques, ensemble de neuf poèmes autographes ( juillet 1919 -été 1920). 12 pages in-4 à l'encre contrecollées sur feuillets de papier vergé anthracite de plus grand format montées sur onglets, demi-maroquin bordeaux encadrant sur les deux plats sur papier imprimé, pièce de tiré doré sur le premier plat, dos lisse tiré or, étui (Alix).
Note autographe d'Aragon sur la première page «Écritures automatiques, textes surréalistes inédits, sur une vingtaine ayant survécu aux années, aux déménagements, aux perquisitions, aux corbeilles à papier ( juillet 1919 - été 1920))» ...
Les poèmes sont titrés : l'Institutrice, l'Odeur d'aucun herbier, Ici palais des délices, La ville assise dans les pavés, L'épingle stérilisée, Au café du commerce, Une leçon de danse, Une notion exacte de la volupté, Les étoiles à mille blanches.
Ces textes furent publiés en 1970 à la suite du Mouvement perpétuel (Coll.
Poésie/Gallimard). Les manuscrits portent les notes d'Aragon pour la préparation de l'édition, «à ajouter entre la page 141 et la table actuellement p. 155» ; ils indiquent les lieux et les dates d'écriture, selon ses souvenirs précis, comme pour L'institutrice écrit au «café de la Source, boulevard
Saint Germain», ou plus vagues, pour Les Étoiles à mille branches, écrit «quelque part dans l'été 1920». Seul le texte Au Café du Commerce, écrit à «Commercy, 1919», a été utilisé pour servir de canevas au dernier chapitre de son roman Anicet (1921).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue