SARCEY Francisque (1827-1899).

Lot 187
Aller au lot
Estimation :
200 - 300 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 040EUR
SARCEY Francisque (1827-1899).
53 L.A.S. «Francisque Sarcey», «Francisque» ou «FS», {vers 1857-1877], la plupart à Edmond ABOUT ; environ 175 pages in-8 ou in-12 remplies d'une petite écriture (quelques petits défauts). Importante correspondance littéraire et amicale. Elle donne un vaste panorama de l'actualité littéraire et théâtrale parisienne ; alors qu'on donne un des derniers vaudevilles de Scribe en 1859, Sarcey discute de la pièce de Soumet et Belmontet, Une fête sous Néron (1860), il rapporte des avis négatifs sur Girardin et Feydeau (vers 1865). La Geneviève de Brabant d'Offenbach a fait un four : «la pièce a été sifflée dru. Elle est si insensée, sans être plaisante, qu'il me paraît difficile qu'elle se relève d'une pareille chute. On dit que c'est la mort du théâtre et d'Offenbach» (1859). Lecture des Misérables : «Beaucoup de beautés voulues, des effets violents, dont quelques-uns sont réellement merveilleux ; pas mal d'enfantillages ; c'est le livre d'un homme de génie, mais un livre sénile. On reviendra de cet engouement»... (1862). Défilent les personnalités de l'époque : Dumas fils, Offenbach, Fromentin, Hetzel, Prévost-Paradol, Guizot, Ponsard, Mme Ancelot, etc. Outre des sujets personnels, comme les naissances de ses enfants, Sarcey rend compte de la vie journalistique ; il se fait parfois l'écho des positions politiques ou religieuses : un projet de la Reine Victoria de marier sa fille au comte de Paris (1859), une encyclique de Pie IX (février 1865), etc.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue