CHATEAUBRIAND François-René de (1768-1848)

Lot 99
Aller au lot
Estimation :
2000 - 2500 EUR
CHATEAUBRIAND François-René de (1768-1848)
2 L.A., Londres 26 et 27 avril [1822], à la duchesse de DURAS; 4 pages in-8 et 6 pages in-4.
Deux lettres autographes, dont une longue et amusante sur ses succès comme ambassadeur à Londres.
Londres 26 avril. «Je ne puis vous écrire qu'un mot aujourd'hui. [...]
Aujourd'hui, jour de mon courrier ordinaire, je me suis levé à 6 heures et je n'ai cessé d'écrire jusqu'à ce moment. Si le Roi et le ministère ne sont pas contents de moi, qu'ils cherchent mieux. [...] Je suis inquiet des divisions qui commencent à se mettre entre les Royalistes. Ils m'écrivent de tous les côtés des lamentations. Comment aussi ne tient-on pas les paroles qu'on m'a tant de fois données et comment ne replace-t-on pas Vitrolles, Castelbajac, Bertin de Veaux, Delalot, Donnadieu, Agier, Canuel pour lesquels je ne cesse d'écrire. On manquera les élections. La liste des présidents, à quatre ou cinq noms près est absurde et platte. Ce n'est pas comme cela qu'on gagnera la partie. Et quel moment ! pour tergiverser! Je suis fâché de ne pouvoir rien vous dire, mais je ne suis pas à la paix. Mes affaires personnelles vont toujours bien ici, si je ne me fais illusion. Je crois avoir conquis les ministres. Du moins j'ai beaucoup appris d'eux»...
Samedi 27 avril. «Je m'y prends de bonne heure pour pouvoir causer plus longtemps avec vous. J'ai expédié mon courrier extraordinaire jeudi, et mon courrier ordinaire vendredi. Aujourd'hui, samedi, j'ai quelque repos jusqu'à demain qui amène la poste de Paris, et par conséquent le retour des dépêches. C'est un terrible métier. Pour commencer par la politique, je vous dirai [...] que je crois avoir communiqué au g[ouvernemen]t des faits importants; et que Lord
LONDONDERRY me traite avec une attention qui est remarquée de tout le corps diplomatique. À Paris il paroit qu'on est content de mes dépêches. Voilà des espérances pour le Congrès et pour votre gendre [le duc de Rauzan]. J'attends toujours Lord BRISTOL [...] Quant à la France je suis inquie
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue