DEIBLER Anatole (1863-1939) bourreau, exécuteur...

Lot 923
Aller au lot
Estimation :
15000 - 20000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 20 800EUR

DEIBLER Anatole (1863-1939) bourreau, exécuteur...

DEIBLER Anatole (1863-1939) bourreau, exécuteur en chef des arrêts criminels, il assura le service de la guillotine.
Ensemble de 14 carnets autographes, 1885-1939 ; 14 carnets in-12 reliés toile bise avec étiquette autographe collée sur le plat supérieur. Plus des photographies et documents joints.

Exceptionnel témoignage sur l’histoire des exécutions capitales pendant plus d’un demi-siècle.
À partir de 1871, un décret ayant supprimé les exécuteurs de province, il n’y a plus qu’un seul bourreau officiant pour la France entière, assisté d’adjoints. Descendant d’une lignée de bourreaux originaires d’Allemagne depuis le XVIIe siècle, Anatole Deibler succéda en 1899, comme exécuteur en chef des arrêts criminels, à son grand-père et à son père, dont il avait été l’adjoint depuis 1885. Surnommé « Monsieur de Paris », il inscrivait chronologiquement tous les détails des condamnations et des exécutions auxquelles il a participé, soit 395 exécutions, dont 299 comme exécuteur en chef ou « bourreau national » entre 1899 et 1939. En plus d’un demi-siècle, Deibler a tranché la tête de 395 hommes et femmes dont la diversité offre un témoignage inestimable sur la sociologie des auteurs de crimes et délits : rôdeurs des villes, empoisonneuses, parricides et fratricides, anarchistes, pirates, violeurs, déments, etc. Après sa première exécution parisienne comme exécuteur en chef (Peugnez, devant la prison de la Roquette, le 1er février 1899), on pouvait lire dans la presse : « Tous les journaux s’accordèrent à rendre justice au jeune monsieur Deibler qui montra pour ses débuts à Paris un tournemain et une aisance de vieux praticien. Jeune, élégant, vêtu d’une redingote de couleur sombre, comme un témoin de duel sélect, il réalise dans la perfection le type du bourreau moderne. On peut, après cet heureux essai, lui prédire une belle carrière et un nombre respectable de représentations ». Les exécutions capitales avaient alors lieu en public, et attiraient un grand nombre
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue