BACH Johann Sebastian (1685-1750). MANUSCRIT... - Lot 1087 - Ader

Lot 1087
Aller au lot
Estimation :
100000 - 120000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 182 000EUR
BACH Johann Sebastian (1685-1750). MANUSCRIT... - Lot 1087 - Ader
BACH Johann Sebastian (1685-1750).
MANUSCRIT MUSICAL autographe, fragment de la cantate Ich habe meine Zuversicht BWV 188, [1728] ; 2 pages d’un feuillet d’environ 15,8 x 19,5 cm (défauts dûs à l’acidification de l’encre, avec petites fentes et pertes, dans le haut du fragment renforcé par une bande de papier collant ancien sur environ 4 x 18 cm du recto, assez décoloré, la partie inférieure en bon état), scellé sous chemise d’archive à vitrine (198 x 232 mm), chemise de maroquin bleu et étui.
Rarissime et précieux fragment musical autographe d’une cantate de Bach.
Ich habe meine Zuversicht (« J’ai placé ma confiance en mon Dieu fidèle »…) BWV 188 est une cantate pour le 21e dimanche après la Trinité, composée sans doute pour le 17 octobre 1728 (ou peut-être le 6 novembre 1729). Le texte, comme souvent à cette époque, fut tiré de Picander (Christian Friedrich Henrichi, Ernst-Schertzhaffte und Satyrische Gedichte, Leipzig, 1728). « À propos de la guérison par le Christ du fils d’un fonctionnaire à Capharnaüm, le livret est un simple chant glorifiant la confiance en Dieu, à l’image de cet homme à qui le Christ avait dit “Ton fils vit”, et qui crut à cette parole. Il met à nouveau l’accent sur la foi qui sauve le chrétien au milieu des vicissitudes de la vie. C’est en Dieu qu’il met sa confiance et son espoir, puisqu’il est tout amour. Ses desseins sont insondables, et même dans les tourments il continue à mener ses créatures pour leur bien » (Gilles Cantagrel, Les Cantates de J.-S. Bach). L’effectif comprend 4 voix, 2 hautbois, alto, orgue obligé et basse continue.
Le présent fragment se rattache au 4e mouvement, Aria pour alto accompagnée par le violoncelle et l’orgue. Il correspond à la moitié inférieure du f. 17 du manuscrit original, comprenant les mesures 59b-66 et 73-76, soit 11 mesures et demie de la conclusion du mouvement, sur les paroles « Seinen führt, unerförschlich iste die Weise, Wie der Herr die Seinen führt, unerförschlich iste die Weise, W
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue