APOLLINAIRE Guillaume (1880-1918)

Lot 301
Aller au lot
Estimation :
5000 - 7000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 4 940EUR
APOLLINAIRE Guillaume (1880-1918)
Liber Amicorum de Marguerite CONSTANT DE STAVELOT, contenant deux poèmes autographes d'APOLLINAIRE.
Ce carnet à fermoir se compose de 24 pages et porte sur la première page la mention «Marguerite Constant de Stavelot». Il contient deux poèmes autographes d'Apollinaire. Les deux acrostiches d'Apollinaire, ayant pour thème les promesses du mariage sont non datés : le premier titré «Antoine
Marguerite» à l'encre noire ; le second «Marguerite» à l'encre violette avec le paraphe «GA» accompagné d'une petite fi gure circulaire. Les deux poèmes ne se suivent pas et ont donc été écrits à deux moments diff érents.
Ce carnet contient également 6 autres poèmes copiés par les amies de
Marguerite Constant et sont datés «22/07/1897», «30/07/98», «02/02/1898» et «18 août 1898». A l'été 1889, Albert et Wilhelm de Kostrowitzky, âgés de 17 et 19 ans, séjournent à Stavelot dans la pension tenue par M. et Mme
Joseph Constant, où les a laissés leur mère alors à Spa tentant de faire fortune au casino. Les deux frères désargentés sont forcés de s'enfuir dans la nuit du 4 au 5 octobre en laissant derrière eux papiers et brouillons.
Apollinaire y a également laissé, en guise de cadeau de mariage, les deux poèmes de ce liber amicorum dédiés aux jeunes fi ancés Marguerite
Constant, fi lle des propriétaires, née à Stavelot le 20 juillet 1876, et son fi ancé Antoine Choque, instituteur, né à Nassogne le 8 novembre 1876.
Le manque à gagner dû au non-paiement de l'hébergement des frères
Kostrowitzky força les jeunes fi ancés à repousser leur mariage de quelques mois. Il aura lieu le 29 août 1900.
Si l'existence de ce carnet est connue des spécialistes d'Apollinaire, peu nombreux sont ceux à l'avoir eu en main, comme Christian Fettweis. Ce dernier relate sa rencontre en 1934 à Stavelot avec un instituteur (certainement le «jeune marié») qui lui montra «d'une main jalouse, un album contenant des pièces autographes où Apollinaire avait tracé à côté de sa signature un signe bizarre en manière de svastika». Après la deuxième guerre mondiale, Robert Goffi n, apprend que la famille Constant détient encore «un autographe d'Apollinaire dans un petit carnet noir» mais le frère de Marguerite refuse de le lui montrer. L'on sait qu'Apollinaire possédait un autre carnet, appelé Cahier de Stavelot, dont il se servit de 1898 à 1900, entièrement consacré à Stavelot, contenant des poèmes et des textes en wallon. Jacqueline Apollinaire le céda à la Bibliothèque nationale de France en 1993. On y retrouve les deux poèmes du liber amicorum avec une variante.
Ce carnet provient directement de la famille de Marguerite Constant.
Catherine Righi et Patrice Lefebvre. «Sur deux textes retrouvés», in «Mémoires des Hautes Ardennes», n° 94. Décembre 2006.
Christian Fettweis, Apollinaire en Ardenne, 1934.
Maurice Piron. Guillaume Apollinaire et l'Ardenne, 1975, p. 47.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue