BALZAC HONORÉ DE 奥诺雷·德·巴尔扎克 (1799-1850)

Lot 45
Aller au lot
Estimation :
800000 - 1200000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 170 000EUR
BALZAC HONORÉ DE 奥诺雷·德·巴尔扎克 (1799-1850)
MANUSCRIT autographe signé, Ursule Mirouët, [1841]; 145 feuillets in-4 (28,6 x 21,6 cm) sur papier bleuté, montés sur onglets, reliure demichagrin brun à coins, filets dorés, dos à nerfs, sous boîte-étui.
SIGNED AUTOGRAPH MANUSCRIPT, Ursule Mirouët, [1841]; 145 leaves, in-4 (28,6 x 21,6 cm - 11,2 x 8,5 inches) on blue paper, mounted on tabs, half-binding of brown goatskin, with leather corners.
One of only two manuscripts of novels by
Balzac still in private hands.
亲笔签名手抄本小说《于絮尔·弥罗埃》,1841年;145页,4开的(28.1x21.6厘米)带有标签的半精装皮革本。私人收藏中仅存的两份小说手抄本之一。
Exceptionnel manuscrit complet d'un roman de Balzac, un des deux seuls encore en mains privées.
Écrit en juin-juillet 1841, le roman d'Ursule
Mirouet est publié en feuilleton dans Le
Messager du 25 août au 23 septembre 1841, en 21 chapitres, avant d'être édité chez Hippolyte
Souverain en mai 1842, en 2 volumes, où il est dédié à Sophie Surville, nièce de l'auteur (dédicace datée «Paris, août 1841»).
En janvier 1843, il est repris dans le tome 5 de La Comedie humaine (Furne), en tête du premier volume des Scenes de la vie de province.
Dans ses lettres à Mme Hanska, Balzac a désigné Ursule Mirouet comme «le plus bel ouvrage» (5 janvier 1842), «le chef-d'oeuvre, selon moi, de la peinture des moeurs» (1er mai 1842). Et encore: «Ursule Mirouet est la soeur heureuse d'Eugenie Grandet» (14 octobre 1842).
L'action se passe à Nemours, où s'est retiré le docteur Minoret avec sa filleule et pupille
Ursule Mirouët. La fortune du docteur excite la convoitise de ses nombreux parents et héritiers potentiels, et leur jalousie à l'égard d'Ursule. À la mort de Minoret, son neveu
Minoret-Levrault va détruire le testament et voler les titres de rente qui devaient assurer la dot d'Ursule. La jeune fille, en butte aux persécutions du couple Minoret-Levrault, va recevoir, par de mystérieuses apparitions de l'ombre du docteur, la révélation des manoeuvres qui l'ont ruinée; elle est soutenue par l'amour de Savinien de Portenduère, et par l'action du bon abbé Chaperon.
Frappé par un coup du destin qui tue son fils unique, Minoret-Levrault restituera ses biens à l'héroïne, et Ursule trouvera enfin la fortune et le bonheur en épousant Savinien.
Ce roman de «jeune fille» qui devient un roman d'amour est aussi une dramatique étude de moeurs, montrant l'affreuse cupidité des petits bourgeois de province, ainsi qu'une «étude philosophique» sous le signe mystérieux du surnaturel.
Le manuscrit, de premier jet, a servi pour l'impression, comme le montrent les noms des typographes inscrits dans les marges. Il est écrit d'une traite, à l'encre brune, d'une écriture régulière, fine et penchée, au seul recto d'un papier légèrement bleuté, avec des corrections portées au fil de l'écriture: mots cancellés, corrections interlinéaires, soit plus de 500 mots ou passages biffés.
Une marge de 6 cm a été réservée à gauche, dans laquelle Balzac a porté environ 300 additions ou corrections, allant d'un mot à des phrases entières, ajoutant une réplique, complétant la description d'un personnage, ajoutant un développement qui, à quatre reprises, se poursuit au verso du feuillet (ff. 99, 100, 101 et 111).
La page 1 a été légèrement rognée dans le haut (et réparée) pour faire disparaître une dédicace dont ne subsiste que la signature: «l'auteur de Balzac», avec l'adresse de son pied-à-terre parisien «rue Richelieu, 112».
Sur le manuscrit, le roman est divisé en six chapitres (qui deviendront 21 lors du découpage en feuilleton):
I. Les heritiers alarmes (f° 1)
II. Enfance et Vieillesse (f° 25)
III. Savinien (f° 52)
IV. [Le testament du Docteur rayé] La Succession
Minoret (f° 83)
V. [Ursule persecutee rayé] Les finesses de province (f° 102)
VI. Combien il est difficile de voler ce qui [est volable rayé] semble le plus volable (f° 125).
Aux pages 99 à 101, de longues et importantes ratures «trahissent les hésitations de l'auteur sur l'orientation à donner à l'intrigue après la mort du docteur Minoret et révèlent, dans 34 lignes de ratures souvent illisibles, qu'il fut tenté de marier immédiatement Ursule et Savinien», remarque Madeleine Fargeaud dans son édition du roman dans la Bibliothèque de la Pléiade, qui relève aussi que
Balzac avait d'abord songé à rendre Savinien amoureux de la marquise d'Espard et non d'Émilie de Kergarouët; le clerc de notaire
Goupil se nomme Vanin dans le manuscrit, où «ni les dates, ni les lieux, ne varient beaucoup par rapport à ceux du texte imprimé et, dans l'ensemble, on peut dire aussi que le déroulement des faits est sensiblement le même»; mais le roman sera, selon l'habitude de Balzac, considérablement développé et enrichi lors de la correction des épreuves, notamment en ce qui concerne les personnages secondaires. Le manuscrit s'achève un peu brusquement avec le mariage d'Ursule et par cette phrase: «Il [François Minoret] est très cassé, très
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue