ÉLUARD PAUL (1895 - 1952) CORRESPONDANCE... - Lot 830 - Drouot Estimations

Lot 830
Aller au lot
Estimation :
300000 - 400000 EUR
ÉLUARD PAUL (1895 - 1952) CORRESPONDANCE... - Lot 830 - Drouot Estimations
ÉLUARD PAUL (1895 - 1952) CORRESPONDANCE AUTOGRAPHE À GALA, 266 lettres et cartes postales autographes signées. 407 pages de différents formats, 1924 à 1948. Toute la correspondance est montée sur onglets dans deux reliures identiques, plein maroquin bordeaux, dos lisse titré or, doublures et gardes de daim gris souris, chemises titrées, étuis (Miguet). Correspondance intime, très amoureuse adressée par Paul Éluard à sa première femme Elena Ivanovna Diakonova dite «Gala». Correspondance à l'encre et quelques rares fois au crayon sur papiers de différents formats, nombreuses cartes postales et quelques enveloppes conservées. La correspondance est d'un grand intérêt littéraire. Paul Éluard l'entretenant de la vie surréaliste parisienne, Gala quant à elle fait la connaissance de Salvador Dalí en 1929 dont elle deviendra la femme. Elle servira de trait d'union entre Paul Éluard les surréalistes et Salvador Dalí. La correspondance n'est pas que littéraire elle est souvent sensuelle, Éluard et Gala continueront de correspondre bien après leur séparation. ... «J'ai une hâte folle de te revoir, tu es, de toutes les chairs, la plus désirable, de tous les yeux les plus profonds, de tous les sexes le plus chaud, de toutes les passions la plus folle, de toutes les femmes la plus belle, la plus audacieuse, la plus libre» «J'attends impatiemment de savoir si notre petit Picasso vert est vendu. Si oui je t'en enverrai la moitié de ce que je toucherai aussitôt... Je traverse une période mélancolique, un grand ennui de toi, des souvenirs à n'en pas finir avec moi-même, et surtout de les garder pour moi... Il faudra bien qu'un jour, j'aille vivre dans ton ombre, ma belle ensoleillée. Je vis sournoisement de ta vie, je te vois t'éveiller, je te vois nette et nue, ou fatiguée, petite, misérable, plus émouvante encore»... «Il y a un monde énorme à Marseille. Un mot flatteur, mais sans savoir de Baron à Gaillard, (l'éditeur des Cahiers du Sud à Marseille) «Éluard, Oui bien sûr mai
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue